Cookies

Nous avons obligation d'informer le visiteur sur l'utilisation que Google fait des cookies: texte informatif










mercredi 30 octobre 2013

L'espionne du Grand Lama, de GUSTAVE LEROUGE

Pendant ces quelques jours, immobilisée, loin de ma bibliothèque-chérie!!! et comme, c'est un comble, je n'avais plus rien de livres sous la main, j'ai sollicité ma tablette, également chérie, pour lire en ligne dans le site de e-books gratuits, que chaque internaute peut personnellement utiliser.
En tête des nouvelles parutions numériques, se trouvaient cet auteur et ce titre, ô combien évocateurs de voyage loin de la chambre.

L'auteur,( au nom de pirate ?), est né en 1867 à Valognes et mort à Paris en 1938.Journaliste et écrivain, il est aussi officier des Palmes Académiques. Il a écrit de nombreux ouvrages très divers, des pièces de théâtre, des contes, des poèmes et des récits d'aventure.

"L'Espionne du Grand Lama" est un récit d'aventure et de voyage qui n'est pas sans faire penser à Jules Verne.En 1905, depuis son pavillon des Batignolles, Gustave Lerouge rêve de Jules Verne et son voyage en 80 jours.
Il entreprend donc de raconter l'aventure d'un brave planteur français nommé Dubreuil, qui, sur le sol chinois, après avoir été ruiné par des pillages, entreprend, avec sa fille et deux jeunes Français, la route vers le Thibet, afin de retrouver un grand lama thibétain qu'il a jadis sauvé. Celui-ci lui ayant envoyé un message afin qu'il vienne le retrouver pour exploiter une mine d'or.Mais aussi,il veut retrouver son autre fille qui a été kidnappée par des pirates chinois.
Ah, oui, les Chinois sont ici les méchants de l'Histoire, ainsi que le reporter anglais Thimothée Fram, qui convoite la fille et la fortune, et qui ne recule devant rien pour se débarrasser de nos gentils Français. Eh oui, le ton est un peu manichéen, et dans les péripéties, nombreuses, par rivières et montagnes,les considérations coloniales de l'époque ne sont plus au goût du jour du lecteur actuel.
Par exemple, on ne s'arrête pas sur le massacre des ouvriers de la plantation, et, dans les escarmouches, c'est comme à la chasse. On en tue quelques uns (!!!).
On retrouve bien les particularités des récits d'aventure de la fin du XIXe. Mais ça n'est qu'une histoire, n'est ce pas? Et quel est donc ce mystérieux personnage qui les suit en palanquin, depuis le début, rideaux fermés, et dont la blanche main apparait de temps en temps, pour sauver la situation lorsque nos héros sont en danger.
L'écriture est alerte, le récit nous porte jusqu'au bout, de la Chine au Thibet, vous avouerez que c'est un sacré voyage, non?

mardi 15 octobre 2013

FEDERICI au château d'eau de Bourges

Le décor est théâtral.L'artiste qui expose est dessinateur de bd, invité de BulleBerry.

On s'imagine très bien en Italie dans une somptueuse salle pour un spectacle insolite:théâtre,opéra,ballet,concert?

Pour un peu, en écoutant bien le silence du lieu, on entendrait des choeurs de Verdi.

Federici ne nous fait pas l'aumône de ses dessins, il nous les offre, brillament encadrés, somptueusement mis en scène.

Rideaux rouges ouverts: le spectacle est là.

Parfois l'encadrement plus sobre
nous permet de mieux recevoir la richesse des dessins, le chatoiement des couleurs subtilement choisies pour donner l'intensité d'une scène, l'intensité d'un regard.Couleurs sanguines donnant de la profondeur aux couleurs bleutées:

L'exposition est généreuse, on peut même s'installer,pour lire les bd de l'artiste et je n'y ai pas manqué ce mardi pluvieux où la température du dehors faisait plus penser à une averse d'orage qu'à une pluie d'automne. Tout est étrange, vous dis-je...
Les tomes 1 et 2 de SARIA (Dufaux et Federici)et LA MADONE DE PELLINI (Rivière et Federici)

Ne manquez pas cette exposition(entrèe libre) ni la lecture de ces deux ouvrages. 
Merci aux sympathiques gardiens, élèves de l'école du Louvre, de m'avoir permis ces photos. (Si  vous trouvez que j'ai abusé, laissez-moi un commentaireet je corrigerai)

mardi 8 octobre 2013

Jo Nesbo: Chasseurs de têtes.

                                    
C'est    mon premier polar nordique...

J'avais bien commencé de lire "Le Léopard", du même célèbre auteur, mais je n'avais pas dépassé l'abominable scène du crime qui commence dès la première page...Et puis, toujours dans ce que m'ont proposé mes sympathiques collègues du bibliobus, j'ai été attirée par la couverture de celui-ci...cette chemise de bureaucrate décapité...ça m'avait bien plu...

"Chasseur de têtes".
Ah, non, pardon: "Chasseurs de têtes".
Ah oui...
Chapitre 1: Candidat. (ben oui, c'est comme ça qu'on commence à lire, par la première ligne).
"Le candidat était terrorisé.Il portait une armure Gunnar Oye: un costume gris Ermenegildo Zegna, une chemise sur mesure de chez Borelli et une cravate bordeaux" (ah tiens, on dit bordeaux en norvégien?)...
Quatre lignes plus bas
"Et pourtant Jeremiah Lander était terrorisé"...
...Carrément antipathique ce chasseur de têtes...cynique, prétentieux. Il chasse pour les plus gros, parmi les plus importants. Il est craint et respecté.
Mais il faut toujours se méfier des apparences: Roger vit richement, mais au-dessus de ses moyens; très grande villa, très belle femme, pour laquelle il engloutit toutes ses finances depuis qu'il lui a acheté une galerie d'art.

Alors Roger convoque les meilleures têtes pour peu qu'elles possèdent chez elles une oeuvre d'art...Avec des complicités aguerries, il s'introduit chez elles la nuit..;vous me suivez? Mais voilà, un beau jour il déniche le candidat parfait: Clas, ancien militaire, spécialiste de l'espionnage et du GPS et??possesseur d'un Rubens.
A partir de là les ennuis de Roger vont commencer car on  n'est pas chasseur sans être chassé, et dans ces histoires là le pigeon est tué. Mais qui sont les pigeons, qui sont les chasseurs???
Jo Nesbo, nous emmène a un rythme plaisant où alternent humour, suspens et tension.L'intrigue, très élaborée, nous laisse sans temps mort et l'on avance dans le récit avec intérêt et attention car les retournements sont de plus en plus multiples...mais comment celà finira-t-il?

lundi 7 octobre 2013

AU DELA DES NUAGES - BDA de Hautière et Hugault

Parues en 2006 et 2007 (et apportées le 2/10 par le bibliobus...) ces deux volumes relatent la rencontre, puis la rivalité de deux hommes qui commence en 1933 dans la Cordillère des Andes.
Entre Pierre, le pilote Français et Allan, l'américain, naît, à partir d'un sauvetage, une longue histoire. D'abord l'amitié des deux pilotes sur fond d'histoire de l'aviation. Et puis, les rivalités tant privées que professionnelles qui vont "au-delà des nuages" sur fond de combats aériens de la dernière guerre.

Le premier tome est baptisé "Duels" et le deuxième "Combats"


En même temps, l'histoire et les magnifiques dessins retracent les épisodes de la conquête du ciel allant de 1933 à la fin de la dernière guerre.

Régis Hautière est le scénariste de cette histoire.
Romain Hugault qui en est le dessinateur sort une prochaine BD avec l'avaition comme thème de fond, dans quelques semaines.

Extraits:
1ère page du tome 1
Dans la Cordillère des Andes


Extrait du tome 2:
Les shows des débuts de l'aviation,exploits et compétitions