Cookies

Nous avons obligation d'informer le visiteur sur l'utilisation que Google fait des cookies: texte informatif



vendredi 30 janvier 2015

Festival de la BD d'Angoulême


Voici le site du festival dans ce lien du 28 janvier au 1er février.

Suivez-y les actualités, les prix décernés, les interviews, les auteurs présents, les manifestations, tout un monde à visiter.
(...J'envie mes collègues, chargés d'achats du secteur BD et festivaliers)












En aparté, je vous propose le reportage sur la grande exposition de Jirô Taniguchi (c'est que je suis fan...), laisse-vous aller de lien en lien à la rencontre ce grand artiste.



.A signaler aussi l'émission "un monde de bulles" sur Public-Sénat à voir et à revoir également en replay

Eric Reinhardt: L'AMOUR ET LES FORETS


Prix Renaudot des Lycéens, prix roman France Télévision, ce roman est sorti en juin 2014.
Ce qu'en dit la presse:
"L'amour et les forêts est une descente aux enfers que l'auteur conte par le menu. Un morceau de bravoure, un récit puissant, Frédérique ROUSSEL.  Libération
"Eric Reinhardt se révèle bouleversant arpenteur des douleurs de l'esprit", Fabienne Pascaut, Télérama

Ce roman , mais est-il un roman?
On dirait le témoignage, écrit par un auteur et publié post mortem, d'une femme victime, comme tant de femmes, hélas, de la perversité d'un conjoint malade, qui a mis en place un lent et inexorable processus de destruction.

L'auteur, se rend à un rendez-vous avec une lectrice après avoir reçu d'elle deux intéressantes  pages de commentaires personnels sur son dernier livre.
Petit à petit, Bénédicte Ombredanne, va se révéler et le faire témoin de sa vie.
A la terrasse d'un café, elle lui raconte sa folle journée de rébellion, deux ans plus tôt, et sa descente aux enfers qui a suivi, aux côtés d'un mari pervers.
L'écriture est sublime, et l'auteur réussit à nous accrocher, malgré la pesanteur des trente premières pages, d'un bloc, parfois lourdes à soutenir...mais l'auteur est devant nous attablé face à Bénédicte Ombredanne, on est derrière lui, tel un spectateur fantômatique qu'il n'ignore pas, et il réussit à se laisser glisser, de sa chaise, petit à petit pour nous laisser, imperceptiblement prendre sa place. De spectateur invisible, derrière la vitre sans tain, il s'efface devant la présence curieuse du  lecteur.Petit à petit,  on oublie l'auteur et le narrateur qui recueille le récit de cette femme. A un moment, on ne sait plus qui parle. Ce n'est plus lui, à la première personne, masculin singulier, c'est elle, féminine, singulière, et on remonte les pages pour savoir à quel moment il a réussi cette prouesse, de nous embarquer avec lui, sur sa chaise, à cette table de café. Et est ce que ce n'est pas une perfidie? Comme on se le demande pour Bénédicte Ombredanne.
Quelle perfidie de ne pas permettre qu'on lâche cette histoire, poignante, enivrante, terrifiante, angoissante, jusqu'au bout. Jusqu'au bout, avec lui, nous, allons participer à cette lente et inexorable destruction .
Combien de femmes ont raconté leurs calvaires avec des maris destructeurs, et ce roman, n'en semble pas un, tellement ces vies de femmes ont le même point commun.
  Néanmoins, Bénédicte Ombredanne, qui, en apparence ne parvient pas à échapper aux perfidies lancinantes et de plus en plus destructrices de son malade de mari, trouve le moyen d'exister  en son rêve, son imaginaire, ce qui est plus fort que la réalité dévastratrice et dont elle sait qu'elle ne finira qu'avec sa mort.

Dans la seconde partie du récit, Eric Reinhardt prète au roman  une couverture plus psychanalytique des personnages: le vécu de chacun est passé au divan, et à cet endroit, encore, Eric Reinhardt échange les places: c'est pourtant lui qui est allongé sur celui de l'esthéticienne, alors que c'est elle qui raconte. Nous qui écoutons, lui qui se relève, elle qui se penche, l'importance des places est à  prendre en compte.
On remarquera, aussi, que l'auteur ne nomme jamais son héroïne autrement que Bénédicte Ombredanne.
On peut s'interroger sur ce choix. Respectant, de ce fait, son choix à elle d'être femme mariée, en la nommant sous son identité civile, sous prétexte de la montrer entière, souligne, en réalité, la révélation  que cet état  n'est que  la partie visible de sa personne. Alors, choisir de nous donner  le récit de ses fantasmes, de son amour et de ses forêts, les plus sombres comme les plus féeriques, la restitue complètement, elle-même, dans ce qu'elle a de plus profond, n'est-ce pas l'empêcher de mourir?

Eric Reinhardt, qui se met en scène, en tant qu'auteur, ponctue sur la place essentielle de l'imaginaire dans nos vies et dans la rébellion possible quand le quotidien ne permet aucune évasion.
C'est donc, finalement, la révélation  post mortem du récit de Bénédicte Ombredanne qui la rend plus vivante.

mercredi 28 janvier 2015

MILLE LECTURES D'HIVER



La bibliothèque de SANCOINS (bibliothèque intercommunale des trois provinces) recevra Adrienne Bonnet qui lira PREMIER ETE de Anne Percin, le samedi 21 février à 16h.
Réservations et renseigements: 02 48 77 50 71  -  bib.cdc3p@gmail.com

samedi 24 janvier 2015

Première neige

Mais non, ça n'est pas le titre d'un nouveau roman, c'est juste un aperçu de la rue principale ce matin de petite neige, la première de l'année.


La Poste, la Mairie, la Bibliothèque, l'Ecole.
Côté rue

Côté cour


La grande rue, vue d'en haut, avec les commerces, vers le sud

Et puis, vers le Nord


  Allez, on rentre!

mardi 20 janvier 2015

A la MCB

Le programme ciné, spectacle, les infos et tout ce que vous voulez savoir avant de vous y rendre, c'est ici, dans le bandeau, dans ce lien.

Par exemple:



COMITÉ DE SOUTIEN

Si vous souhaitez participer au comité de soutien,
CLIQUEZ ICI.
Si vous souhaitez consulter
la liste de tous ceux qui soutiennent la construction de la nouvelle MCB°,

CLIQUEZ ICI.
______________________________________________
VOUS SOUTENEZ LE PROJET ARTISTIQUE DE LA MCB°, L'ÉQUIPE VOUS RECOMMANDE CETTE PAGE.
Pour l'avenir de la MCB
______________________________________________
 LA MCB° EN DIRECT SUR LES ONDES
DE RCF EN BERRY
 RCF LOGO STATUT QUADRI
 Prochaine émission le mardi 03 février.

CINÉMA

Le Cinéma de la MCB° est une salle Art et Essai, labellisée Recherche et Découverte, Patrimoine et Répertoire et Jeune Public. Elle bénéficie également du label Europa Cinémas pour la qualité de sa programmation et ...
SÉANCES de janvier
SÉANCES de février
Recevez directement les informations de notre salle de cinéma en vous inscrivant
à la newsletter auprès de Benoît Piederrière:b.piederriere@mcbourges.com

MCB° D'HIER À AUJOURD'HUI

L'HISTOIRE DE LA MCB°
La MCB°, lieu de mémoire
de l'histoire culturelle

LE PROJET MCB°
L'ambition d'un projet se mesure aussi
à la part de rêve qu'il renferme.
NOS VOISINS
Découvrez les actualités culturelles
de nos voisins, amis et partenaires …
Ecole Nationale Supérieure d'Art de Bourges / Palais Jacques Coeur / Université populaire du Berry / Emmetrop /Abbaye de Noirlac ...

vendredi 9 janvier 2015

dans les musées de bourges, en janvier 2015




Voici les musées de la ville de Bourges.
Vous pouvez les visualiser plus en détail dans le site de la ville:





Pour un zoom sur votre ordinateur de bureau, enregistrer l'image sur votre machine, puis agrandir.
Pour les tablettes, agrandir aux doigts comme d'habitude.

Calendrier de l'année: nos très proches voisins de l'Allier

L'ADATER nous communique son calendrier de l'année, que je vous fais suivre avec grand plaisir:



ADATER : le programme 2015 est arrivé!

Le programme des animations proposées par l'ADATER (association d'éducation à l'environnement basée à Château sur Allier) tout au long de l'année 2015 est disponible. Comme tous les ans il propose des activités pour tous. Stages et sorties thématiques s'enchaîneront au rythme des saisons.
Au mois de janvier il y en aura pour tous les goûts :
- le samedi 17 janvier, venez apprendre à réaliser vos pigments à partir des végétaux. Vous pourrez ensuite laisser libre cours à votre imagination pour réaliser vos plus belles oeuvres! Après une courte balade à la recherche de plantes utilisées en peinture végétale, vous découvrirez les différentes méthodes d'extraction de la couleur ainsi que plusieurs utilisations de ces peintures si colorées.
Le stage La palette naturelle du peintre, fabriquer ses peintures végétales aura lieu de 9h à 12h à Château sur Allier au tarif de 10 € (demi-tarif pour les adhérents ADATER) - Inscription obligatoire avant le 16 janvier.
- le samedi 24 janvier, rendez-vous au Veurdre pour découvrir quels oiseaux ont décidé de passer la mauvaise saison en notre compagnie.
La sortie Les oiseaux en hiver aura lieu de 9h à 12h au Veurdre au tarif de 5 € (1/2 tarif pour les adhérents ADATER et les enfants - Inscription obligatoire avant le 23 janvier.
- le samedi 31 janvier, le bois raméal fragmenté vous livrera tous ses secrets! Venez découvrir le BRF, ce broyat de branches et rameaux de l'année qui permet de recréer un sol riche en micro-organismes et aéré. Vous pourrez découvrir cette technique, en aborder les avantages et inconvénients ainsi qu'essayer le matériel.
Le stage Initiation au Bois Raméal Fragmenté (BRF) aura lieu de 14h à 17h au Veurdre au tarif de 10 € (1/2 tarif pour les adhérents ADATER) – Inscription obligatoire avant le 30 janvier.
Le programme 2015 est consultable sur le site www.adater.org Il peut vous être envoyé sur simple demande et vous pouvez également vous le procurer directement auprès de l'ADATER à Château sur Allier ou dans les offices de tourisme partenaires.
L'adhésion annuelle à l'association (reconnue d'intérêt général) donne droit à l'ensemble des activités à moitié prix (sauf stage à la journée).
N'hésitez pas à vous inscrire sur le site www.adater.org pour recevoir régulièrement les annonces des sorties et autres stages!
Contact: 
04 70 66 48 25
-- 
C'est à une vingtaine de kilomètres d'Ourouer les Bourdelins, à Château sur Allier.
Certains d'entre vous ont l'habitude d'y participer. Si d'autres sont tentés, voici donc 
les coordonnées, et le site où vous trouverez des renseignements tout au long de l'année.

jeudi 8 janvier 2015

NOUS SOMMES CHARLIE

DECLARATION DU PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL DU CHER/

NOUS SOMMES CHARLIE »

Mise à jour 8 janvier 2015.
Au nom de tous mes collègues du Conseil général du Cher, je condamne avec la plus grande fermeté l’attentat barbare et lâche qui vient de viser un journal et au-delà de ce journal toute la République. L’honneur de la France, c’est la liberté et la démocratie. La liberté de la presse fait partie des principes qui ne sauraient être remis en cause et qui font précisément horreur aux terroristes et aux intégristes.

J’approuve pleinement l’appel du Président de la République à un rassemblement de tous les Français pour affirmer notre volonté de soutenir la République. Nous devons nous rassembler et non nous diviser. Nous devons maintenir et proclamer les valeurs qui sont les nôtres, la Liberté, l’Égalité, la Fraternité, la Laïcité.
Nous devons être assez sûrs de nous-mêmes et de la France pour résister à toutes les intimidations et à toutes menaces. J’assure de ma sympathie les victimes et leurs familles, ainsi que l’équipe de Charlie Hebdo et la Police Nationale.
Le Président du Conseil général du Cher
À midi ce jour, tous les agents du Département sont invités à cesser leur travail et à se rassembler pour observer un moment de recueillement.

mercredi 7 janvier 2015

CHERMEDIA "Mon pote Charlie"

CHERMEDIA qui est le blog de la LECTURE PUBLIQUE DU CHER, par la plume de Christian, titre ce jour "des fusils contre des crayons"
Vous pouvez lire cet article ICI

lundi 5 janvier 2015

La chute des princes, de Robert Goolrick

Paru fin août 2014 aux éditions Anne Carrière, ce roman est traduit de l'américain par Marie de Prémonville

Le narrateur conte son histoire: celle d'un golden boy des années quatre vingts. A l'époque il  était un de ces  tradeurs  à l'apogée de sa gloire. Recruté de façon très spéciale par la Firme, à moins de trente ans il était déjà millionnaire grâce à son don pour faire fructifier les portefeuilles de ses clients.
Sa réussite tapageuse, insolente et cynique le fait vivre dans un monde de stars, de mannequins, de boîtes de nuit en restaurants et de fêtes en orgies d'un coût inimaginable.
 Repus d'alcool, de cocaïne, de sexe sous toutes ses formes, vendus à l'argent, ils flambent leur vie à toute allure, poursuivis par des démons sans pitié: le suicide, le sida, les overdoses, et la ruine.

L'écriture de Robert Goolrick est somptueuse pour traduire le narcissisme exacerbé du héros:"On se montrait d'une générosité grandiose à l'extérieur et d'une mesquinerie absolue dans le secret de nos coeurs. On entonnait le chant du bourreau sur le chemin du boulot dans l'heure qui précède l'aube, et l'on passait nos journées à lancer les dés à l'aveugle, avec pour seul enjeu l'argent des autres, dans des salles sombres et sans horloges pour qu'on oublie toute mesure, tout étalon hormis le bourdonnement du fric.L'âme obscurcie par une insatiable avidité, on laissait notre moralité de plus en plus douteuse s'empêtrer, étouffer sous des couches et des couches d'objets, un amoncellement de choses, toujours plus, des costumes qui coûtaient davantage que ce que nos pères avaient déboursé pour leur première maison, des voitures d'un luxe indécent,-sans parler des montagnes de PV que nous valaient nos petites pointes de vitesses, quand on filait vers les paradis de Long Island East, où nous attendaient des piscines chauffées toute l'année"...

Personne ne sera épargné dans la chute vertigineuse. Ruiné, il retourne vivre dans son "illustre taudis", seul, sans amour, quelques amis  lui restent avec qui il n'a plus rien à partager, et l'amour  n'ayant pas eu sa place,"les femmes sont ainsi en vieillissant, elles deviennent aussi évanescentes qu'un souffle d'air, la mémoire et l'expérience rendent leur âme éphémère". Il porte un regard sans pathos sur son existence passée.

Néanmoins Robert Goolrick réussit le prodige de relever son héros déchu au rang de l'homme ordinaire, avec un boulot de tout le monde...dans une librairie...où il donne tout de même un peu plus que ce qu'on lui demande...l'élégance aidant..ses propos non dénués de causticité réussissent, eux, à nous rendre le personnage attachant jusqu'au bout du roman.

Et pour citer la quatrième de couverture "...Robert Goolrick offre une chanson de geste aux démons fondateurs du libéralisme. Dans  l'incandescence, l'indécence et la chute, il a trouvé la beauté".




vendredi 2 janvier 2015

La playlist sur Deezer

En bas, dans "ma liste de blogs", vous avez accès désormais à la playlist de bibourouer sur Deezer.
Et sur l'icône du  CD  en haut dans la marge de gauche.

Cette playlist a un fil conducteur: à partir des concerts qui ont eu lieu sur le territoire, la musique des artistes qui se sont produits près de chez nous et les CD qui vous sont présentés à la bibliothèque, le blog vous  offre un aperçu ici.
Si vous-même avez assisté à des concerts ou entendu des artistes que vous aimeriez nous faire connaître, envoyez-nous votre titre par e-mail ou dans le cadre du commentaire ci-dessous.
Un petit cadeau de début d'année à partager...