Cookies

Nous avons obligation d'informer le visiteur sur l'utilisation que Google fait des cookies: texte informatif


Congés d'été: La bibliothèque est fermée la première quinzaine de juillet (du 3 au 17) et la première quinzaine d'août (du 1 au 16)





vendredi 26 octobre 2012

DANS LES FORETS DE SIBERIE de Sylvain Tesson


L'auteur, Sylvain (comme la forêt) Tesson est un habitué des voyages extrêmes et ce livre n'est pas son premier ouvrage de voyage.

Lassé de la vie citadine, de la vie en société, il entreprend une retraite de six mois dans un paysage qu'il a déjà rencontré, dans une nature avec laquelle il compte vivre en symbiose.
Il donne à découvrir avec lui les paysages époustouflants de la Sibérie occidentale en hiver puis de l'éveil de la nature au printemps.
Mais ça n'est pas tout. Il nous fait aussi partager  ses réflexions métaphysiques, qui, dans cette solitude extrême prennent des dimensions délirantes. (et pourquoi pas?) qui nous embarquent jusqu'à l'angoisse.
Il rencontre aussi des gens, russes, des montagnes de personnalités, frottés à la rudesse de ces contrées indemnes de civilisation, et avec eux (et aussi très souvent solitairement) il sacrifie aux rituels de la vodka, longuement, intensément, y ajoutant aussi ceux du cigare.
Et puis, il y a les livres. Ceux qui guident sa méditation qui n'appartient qu'à lui. Qu'on est libres de partager ou pas.
 Dans l'ensemble, ça m'a bien plu, même si je n'adhère pas à toute sa démarche métaphysique, ses réflexions sur le monde de consommation qui est le nôtre nous mène, avec un grand art, à nous poser des questions.
Sylvain Tesson nous invite dans sa cabane, par le truchement de la page, du livre ouvert et nous subjugue par une richesse de style, une débauche de vocabulaire aussi étincelant que la glace au soleil.

Son malaise et sa démarche vaguement suicidaire, en tous les cas, extrême, trouvent, néanmoins,  chez le lecteur leur compensation dans le plaisir de s'imaginer lui-même dans cette forêt pleine d'animaux, sur cet immense lac gelé, dans ces ascensions de pentes sylvestres.
L'imaginaire est à son comble, et l'on goûte le silence qui manque dans notre quotidien.
Quand on referme la porte de la cabane (ou plutôt la dernière page du livre), on se demande pourquoi il nous a traînés à sa suite, tels des compagnons muets, des ectoplasmes, contemplateurs de sa vie d'ermite.
On a envie d'une suite, on voudrait bien aller voir si ses chiens attendent son retour.

Alors, quand j'ai préparé cet article, je suis allée sur la toile, pêcher quelque biographie, et j'ai trouvé ce film, son auto-reportage, qui vous plaira peut-être?








mercredi 17 octobre 2012

Le Bibliobus est passé

Comme dans un rêve, le bibliobus est passé.




Mercredi dernier, la bibliothèque était fermée.
Eh oui, c'était pour échanger les livres qu'on a depuis deux ans, contre des nouveaux, apportés par le bibliobus.

A nouveau, 500 titres de rêve, d'utilitaire, d'albums pour les enfants, pour les ados, des BD, des mangas, de la science fiction, des romans nouveaux pour les adultes, des livres d'histoire, de voyages, de cuisine, de bricolage, d'art pour nous, lecteurs et moi-même. C'est toujours le même enchantement. (et d'ailleurs, que serait la lecture sans l'enchantement?)

Pêle-mêle, en voici un aperçu, avant le rangement:







Il me reste à en vérifier la liste puis à les ranger judicieusement dans les rayons, afin que vous puissiez les découvrir ou les chercher, et les choisir.





samedi 13 octobre 2012

Faites-vous peur à la BILIPO

Dans un précédent post, en date du 21 juillet, nous vous faisions part de notre idée de vous montrer d'autres bibliothèques.
Certains abonnés, venant dans notre village en résidence secondaire, sont abonnés à d'autres bibliothèques de l'hexagone pendant le reste de l'année. D'autres abonnés, nouveaux habitants, nous parlent de leurs précédentes bibliothèques. Aussi nous avions décidé d'en profiter pour visiter virtuellement ces autres bibliothèques.

Après les bibliothèques de Boulogne Sur Mer, voici donc les bibliothèques de la ville de Paris et, suspens, très précisément, chttttt, la Bibliothèque de Littératures Policières, présentée par sa conservatrice. N'est ce pas tentant? Visite


samedi 6 octobre 2012

POUSSIERES

POUSSIERES du peintre DANIELLE LAFFITTE est le nom de l'exposition hébergée à l'ATELIER DU VAL D 'AUBOIS pendant le mois d'Octobre.
Le vernissage avait lieu hier soir en présence de l'artiste, des propriétaires de la salle et des officiels de la commune et de l'office du tourisme, chacun évoquant son expérience de la poussière et de la vie, fort  à propos.
Et puis aussi.....nous, les visiteurs. Les spectateurs. Amis, habitués, ou pas encore (!), connaisseurs et néophytes se pressaient autour de Danielle, Babette et Jean Marie, à l'origine de l'évènement. Danielle nous raconte alors les circonstances de cette commande et la manière dont s'est déroulé son travail pendant un an. Se souvenant de cette phrase qui a marqué les enfances catholiques: "souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière", elle a commencé par la genèse du monde, le bouleversement du cosmos, l'origine des poussières d'étoiles, puis l'apparition de la clarté du "ni jour ni nuit" et puis la vie. On note un crescendo dans la chronologie des oeuvres exposées qui culmine sur le mur du fond, par une multitude de bandes de papiers de motifs peints comme des palimpsestes et qui revient sur l'autre mur, longuement avec plusieurs tableaux évoquant l'apparition des mots, du langage, de la parole nichée dans les replis du temps, la visite se finissant par ces poussières, débris de la matière suspendus au plafond qui promettent de se déverser...peut-être pas?...
En tous les cas, les perceptions génèrent spontanément des émotions, des sensations. On éprouve très facilement le bouleversement, le sens de l'étendue du temps, on imagine des sons, on ressent une espèce d'angoisse métaphysique, qui s'apaise au moment de l'apparition de la clarté.

L'exposition est visible tous les après-midi d'octobre, jusqu'au 24 du jeudi au dimanche, avec des animations de l'artiste les dimanches.



mercredi 3 octobre 2012

Séléné l'araignée



"Séléné, l'araignée en a marre d'être rejetée! Vous ne l'avez pas remarqué? Ce n'est vraiment pas facile d'être une araignée"....C'est ce que fait observer l'auteur Céline LAMOUR-CROCHET.
L'illustration, signée Laure PHELIPPON  et Samuel MANDONNAUD offrent pourtant un portrait bien sympathique de ce petit animal, si utile et bien mal remercié.
Un album pour enfants à partir de 3 ans.