Cookies

Nous avons obligation d'informer le visiteur sur l'utilisation que Google fait des cookies: texte informatif



vendredi 28 septembre 2012

...on change...

La bibliothèque sera fermée au public le mercredi 10 octobre 2012.

 Si vous souhaitez réserver des titres, dépêchez-vous...

mercredi 26 septembre 2012

Un an



Le blog a un an.
Vous avez été 4398 à venir en ouvrir la porte, à pousser celle, réelle, ou virtuelle de la bibliothèque des Bourdelins.
A y lire, à y écrire, à regarder, des expos, des films, des photos, des peintures, à y entendre, des concerts, des musiques, des paroles, à y surfer,  pianoter, communiquer.....
Et je vous en remercie.
Si vous voulez, nous allons continuer...


vendredi 21 septembre 2012

Après le livre, de François Bon


A lire en livre de papier ou en livre numérique .
...Mutations rares mais irréversibles, dit-il..." La littérature fonde notre rapport direct à l’autre, construit notre regard sur le monde, par la possibilité même d’écart et de loisir dans la turbulence des choses, écart réflexif qui fonde le langage comme nôtre, et la possibilité même de se conduire dans le désordre du monde."...
Et aussi..." Alors évidemment, la situation est tendue : les métiers de l’édition et de la librairie ont été de toujours en évolution permanente, y compris dans le partage des rôles. Des acteurs neufs surgissent, on rend facilement Internet coupable de tous les maux pour lesquels on a incertitude ou d’inquiétude, mais pas encore connaissance de tous les symptômes."

François Bon rappelle les formes du livre à travers l'histoire, mais également la manière d'écrire.
De tel auteur qui écrivait en marchant, à tel autre scotché devant sa machine à écrire dans un timing bien précis, il évoque moult manières d'écrire, invoque Rabelais, Baudelaire, Balzac.
Il établit des parallèles, entre les moyens passés et ceux qui surgissent dans notre présent, se rendant à l'évidence qu'on ne peut pas ignorer la mutation du monde avec le numérique.
De nouveaux rapports au monde sont nés et de nouvelles perceptions de l'espace voient le jour, car c'est bien de notre regard qu'il s'agit, et de notre corps, installé pour lire et pour écrire et, ainsi, de ce qu'il induit comme relation à l'autre.

Dans le détail, je le rejoins à propos de l'extraordinaire liberté de mouvement que procure la tablette, ou l'auteur n'est plus rivé à son bureau, et où le lecteur le reçoit directement dans son espace et dans son temps.

A lire absolument sous la forme que vous voudrez.


dimanche 2 septembre 2012

Le Moulin Avant...aux journées du patrimoine:

En prolongement de l'article sur la lecture numérique, j'ai le plaisir de vous annoncer que la bibliothèque sera bientôt équipée d'une liseuse.
Afin d'harmoniser cet évènement avec la vie de notre jolie commune, je vous proposerai d'y redécouvrir Les lettres de mon moulin, d'Alphonse DAUDET

"...de droite et  de gauche, on ne voyait que des ailes qui viraient au mistral par-dessus les pins, des ribambelles de petits ânes chargés de sacs, montant et dévalant le long des chemins ; et toute la semaine c’était plaisir d’entendre sur la hauteur le bruit des fouets, le craquement de la toile et le Dia hue ! des aides-meuniers..."

L'histoire est celle du Moulin de Chalivoy, situé sur les collines très ventées, à la sortie ouest du village.





Quand on considère le paysage depuis le haut de la colline où il est posé, on imagine aisément toute la vie qu'il pouvait y avoir autour.






Après de longues décennies d'abandon, pendant lesquelles la vue de ce moulin allant à la ruine, désolait les passants, une équipe de passionnés s'est donné pour tâche de le restaurer.


  


Je ne sais pas s'ils avaient lu "Le moulin de Maítre Cornille" quand ils se sont lancés dans ce sauvetage, en tous les cas, si vous avez envie de participer à la restauration de notre joli moulin, vous pouvez adhérer à l'association ou simplement vous inscrire à la randonnée et/ou au repas qu'elle organise en contactant  le 02 48 76 89 56 -2€ pour 6kms de randonnée, 12€ pour le repas sur le site du moulin.




Pour ma part, je ne résiste pas à l'envie de relire, ici-même, avec vous:

 Alphonse Daudet "Les lettres de mon moulin"